Une mission, ce n'est pas que des escales, c'est aussi des activités en mer (si si !!!). La majeure partie du temps est consacrée aux entraînements. Ce qui ne nous a pas empêché de pister quelques navires suspects, en visiter quelques uns, d'effectuer une ou deux évacuations sanitaires au profit de marins blessés...

Je vous présente notre petit animal de compagnie, le Lynx. Surveillance de zone, lutte anti sous-marine, évacuation sanitaire (evasan), liaison entre les navires... Il sait tout faire cet animal.

Et voilà le Lynx avec le chien jaune. Le chien jaune c'est l'homme qui coordonne les manoeuvres d'appontage de l'hélicoptère, et qui "aboie" ses ordres. Il est reconnaissable à son maillot jaune (d'où le nom de chien jaune...)

 

Une autre activité importante, les ravitaillements en mer. Comme il n'y a pas beaucoup de stations services en mer, on se fait livrer en carburant, kérozène et eau par bateau. Souvent avec des pétroliers-ravitailleurs étrangers. Le pétrolier et le ravitaillé naviguent côte à côte, et le transfert se fait par des manches passées sur des filins d'acier. C'est une manoeuvre dangereuse, impressionnante, mais qui permet parfois quelques fantaisies. Traditionellement, le ravitailleur agrémente les longs temps d'attente pendant lesquels les cuves se remplissent avec de la musqiue. Ce qui nous a permis d'apprécier un bon gros rap qui tâche et Mariah Carey lors de nos ravitaillements avec les américains...

Voilà, on voit à l'arrière la manche de gasoil venant du pétrolier. Sur la plage de manoeuvre, la fonction de chacun est indiquée par la couleur de son casque. Le casque vert, c'est moi. Je suis palettiste, c'est-à dire qu'avec mes petites palettes de couleur, je transmets des indications de manoeuvre au pétrolier.

La coopération internationale : la banière étoilée et le pavillon de la marine japonaise, nationalités des pétroliers qui nous ont ravitaillés. Tremble Ousama, le monde est contre toi...

Un japonais sera toujours un japonais... Mais outre ce petit cliché (dans les deux sens du terme), il faut bien reconnaître qu'ils sont hyper disciplinés ces petits bonhommes. Celui qui n'a pas a bouger est au garde-à-vous, celui qui doit agir a des gestes réglés au millimètre. Rien à voir avec les franchouillards en face qui discutent, blaguent, prennent le soleil en attendant leur tour d'entrer en action (voir ci-dessus...).


Outre ces quelques activités ponctuelles, les plus spectaculaires et photogéniques, les quotidien est quand même moins festif. Quarts qui se succèdent jour et nuit, briefing opération, programmations chamboulées par la contrainte opérationnnelle, le tout ponctué par les repas au carré... Pour certains, on n'est pas loin du boulot-dodo. Et je souhaite dire ici mon admiration pour les mécanos, qui travaillent à fond de cale dans une atmosphère pouvant atteindre 50 à 60° dans ces régions, et qui , entre le quart, le carré et la niche (surnom des lits à bord) passent parfois toute la période en mer (quelques jours à 2 semaines) sans voir le ciel...