La Goulette est le port de Tunis, à une dizaine de kilomètres de la ville. Notre point de chute pour une escale de trois jours. En ce qui me concerne, j'ai passé le premier jour à bord, de service, ce qui réduit d'autant plus l'escale...

Et voilà, en bel uniforme à la coupée. Parce que "à travers vous c'est la France que l'on regarde"... Il faut quand même savoir que la "France" est restée le soir presque une heure et demie à saluer ambassadeurs, consuls et généraux étoilés lorsqu'ils sont venus au cocktail offert le soir à bord... Vous êtes pas jaloux ? Vous avez raison.
Ces cocktails ("coquetèles" étant l'appellation officielle dans la Marine) ont un but diplomatique. A cette occasion, le commandant invite toutes les autorités locales à bord et on sort le champagne et les petits fours. Quelques membres de l'équipage sont invités (plus ou moins volontairement suivant les escales), de même que les ressortissants français vivant là. Le déroulement de ces réceptions varie. D'un simple pot de 2 ou 3h où chacun rentre ensuite chez soi, on peut passer à une véritable soirée improvisée où les invités sont invités dans les différents carrés suivant les affinités créées durant le coktail. Certaines de ces soirées se sont parfois terminées tard dans la soirée... ou tôt le matin.

Bien qu'à 10km de la ville de Tunis, la capitale tunisienne n'a pas été l'objectif prioritaire de mes visites. Mes pas m'ont plutôt porté vers le nord, Carthage en l'occurence, très facilement accessible grâce à un petit train "de banlieue", le TGM, qui dessert toute la côte ouest du Golfe de Tunis.

Et voilà, en gare de Carthage, le TGM qui dessert Tunis et le bord de mer. Il coûte presque rien, il est assez fréquent, bref, un vrai bonheur pour le touriste qui n'est pas en bus avec les tour opérator.